SteelSeries Rival 650

Note GamerTech
Les points clés
  • Souris sans-fil avec recharge rapide
  • Capteur optique TrueMove3+ / 12 000 DPI
  • Capteur de lift-off
  • 7 boutons programmables
  • RGB et ajustement du poids
Où l'acheter ?

Test SteelSeries Rival 650

Nous avions testé au début de l’année la souris Rival 600 qui nous avait particulièrement séduits. Proposant une expérience sans accrocs tout en profitant de l’expérience de SteelSeries dans le domaine du gaming, elle avait tous les atouts pour devenir la nouvelle référence en matière de souris pour joueurs de FPS.

Test complet de la SteelSeries Rival 650

La marque a décidé d’amener sa souris phare dans une nouvelle dimension en annonçant la Rival 650, véritable jumelle de la Rival 600 avec maintenant une connectivité sans-fil et une batterie intégrée. Des nouveautés bienvenues, faisant néanmoins gonfler le prix de la souris aux alentours des 130€.

On vous propose donc de découvrir en détail cette nouvelle souris qui, si tout va bien, devrait se révéler tout simplement excellente.

Unboxing

On prend les mêmes et on recommence. Côté packaging et contenu de la boite, difficile de distinguer la Rival 650 de sa consœur. La boite qui reprend les couleurs de la marque est toujours aussi compacte et présente les principales caractéristiques du mulot en plus de quelques photos.

Unboxing Rival 650

À l’intérieur, c’est (presque) tout pareil puisqu’on trouvera la souris accompagnée d’un câble USB amovible. Les 8 poids de 4g sont toujours de la partie et ici aussi disposés dans un petit écrin en silicone. On disposera enfin d’un petit manuel d’utilisation des plus classiques.

Souris sans-fil oblige, cette SteelSeries Rival 650 est s’accompagne logiquement d’un petit dongle USB pour la connexion ainsi qu’un autre petit accessoire qui va permettre de relier le dongle au PC directement avec le câble USB fourni.

Design & Ergonomie

Autant vous le dire tout de suite, sur l’aspect purement design et ergonomie, rien n’a changé (ou presque) par rapport à la Rival 600. On retrouve ici encore une conception qui se rapproche beaucoup de la Logitech G502 avec un gabarit dans la moyenne des souris pour joueurs.

Souris gamer FPS

  • Largeur (avant, centre, arrière) : 62 mm, 62 mm, 69 mm
  • Longueur : 131 mm
  • Hauteur (avant, arrière) : 27 mm, 43 mm

Comme d’habitude avec la marque danoise, les finitions sont exemplaires. La Rival 650 est faite d’un plastique rigide qui présente un revêtement type soft touch sur toutes les parties en contact avec la main. L’ensemble est toujours aussi agréable à saisir. Pourquoi changer une équipe qui gagne ?

SteelSeries Rival 650 souris gamer

Si ce n’était pas forcément le cas sur toutes les souris de la marque jusqu’à présent, cette nouvelle itération propose toujours des boutons principaux séparés et équipés d’interrupteurs mécaniques dont la durée de vie est annoncée à 60 millions de clics.

La molette propose un revêtement texturé qui accroche bien au doigt. À l’utilisation, celle-ci se révèle efficace avec des crans suffisamment sensibles tout en étant bien distincts. On regrette par contre qu’elle ne propose toujours pas de défilement horizontal. Souris gamer oblige, la molette est évidemment cerclée d’un éclairage RGB personnalisable.

Souris gamer pour droitier

Le bouton de changement de la sensibilité est ici aussi placé juste derrière la molette. Il sera évidemment possible de changer sa fonction à l’aide du logiciel SteelSeries Engine. Comme souvent, et selon votre type de prise en main, ce bouton ne sera pas forcément très accessible, surtout dans le feu de l’action.

On part maintenant faire un tour sur les côtés de ce mulot qui est conçu uniquement pour les droitiers (ou du moins ceux qui utilisent leur souris avec la main droite). De ce fait, la partie droite de la coque n’accueille aucun bouton et il faudra jeter un œil de l’autre côté pour en trouver. On notera néanmoins la présence de grips facilitant la préhension de la souris.

Boutons programmables souris gaming

Cette tranche gauche accueille ainsi 3 boutons supplémentaires. Si les deux premiers sont facilement accessibles, le troisième, plus en avant, demandera un peu de gymnastique pour être atteint. Tout dépendra comme souvent de la morphologie de chacun et de la façon de tenir votre souris. Dans mon cas, avec des mains plutôt petites et en « palm grip », difficile de l’atteindre aisément.

Les deux côtés de la souris sont amovibles et maintenus à l’aide de petits aimants plutôt puissants. Cette petite excentricité permet en fait d’accéder aux emplacements des poids qui permettront de lester la souris. Chaque côté dispose de 4 emplacements où on pourra venir installer les poids de 4 grammes fournis dans la boite de la souris. La disposition des emplacements permettra -à la différence de nombreuses autres solutions concurrentes- de lester la souris sur l’axe Y (vers l’avant ou vers l’arrière).

Souris gamer lestée

Parlant de poids, c’est la seule différence physique entre la Rival 650 et la Rival 600. L’ajout de la batterie intégrée et du système de communication sans-fil fait passer la souris à un poids de base de 121 grammes pouvant aller jusqu’à 153 grammes avec les poids. Cela représente un embonpoint de 25 grammes par rapport à sa consœur.

Côté éclairage, la Rival 650 reprend évidemment les mêmes attributs que sa quasi-jumelle. Deux bandes rétroéclairées prennent place sur le dessus du châssis et disposent d’une illumination par zone plutôt efficace. Le logo de la marque, présent sur la partie arrière est lui aussi rétroéclairé et l’ensemble se configurera grâce au pilote SteelSeries Engine.

Double capteur Rival 650

On termine évidemment par jeter un oeil sous la souris, où on trouvera le fameux double capteur faisant la spécificité de cette gamme et qui permettra de gérer avec précision la détection du lift-off. Côté glisse, SteelSeries a choisi l’habituel téflon avec 3 patins assez larges. Malgré l’utilisation de la connectivité sans-fil, la Rival 650 conserve cependant le câble amovible (non tressé) qui propose une longueur confortable d’environ 2 mètres.

Logiciel SteelSeries Engine 3

Comme tous les produits de la marque, la configuration de la Rival 650 se fera grâce au pilote SteelSeries Engine. Une fois sur la page de la souris, on accède à toutes les options liées à celle-ci. Rien de réellement important à signaler ici puisqu’on se rapproche de ce que proposent la plupart des gros constructeurs.

SteelSeries Engine Rival 650

On aura la possibilité de remapper les différents boutons de la souris et de leur assigner différentes fonctionnalités ou macro. Les macros pourront être enregistrées facilement et directement de puis cette même interface. Le logiciel nous laissera également la possibilité de les modifier avec précision.

La gestion des performances de la Rival 650 se fera également via cet écran et on pourra intégrer deux sensibilités différentes dans notre profil. L’accélération ainsi que la distance de décrochage sont également de la partie. À l’exception de ce dernier réglage, les possibilités offertes par le SteelSeries Engine sont identiques à ce que l’on retrouve sur toutes les souris de la marque.

SteelSeries Engine Rival 650 - RGB

Souris sans-fil oblige, celle-ci est équipée d’une batterie et quelques réglages sont disponibles au sein du pilote. On pourra ainsi gérer le délai de mise en veille de la Rival 650 de une à 20 minutes maximum. Passé ce délai, il faudra effectuer un clic pour la « réveiller ». On a également la possibilité d’activer un mode d’illumination intelligent qui éteindra les LED dès que la souris est en mouvement.

Enfin, un second écran servira quant à lui à la gestion du rétroéclairage RGB de la souris. Chaque élément pourra être assigné différemment et les deux bandes lumineuses pourront utiliser des effets « animés » pour donner un peu de vie à l’ensemble. La souris est évidemment compatible avec les effets intelligents que l’on retrouvera sous l’onglet « Application Engine ».

Souris gamer RGB

Des profils automatiques par jeu et application sont logiquement disponibles afin de nous permettre de gérer avec précisions tous les aspects de notre souris selon l’utilisation que l’on en fait. Toujours aussi complet, le pilote de la marque danoise n’a que très peu évolué ces derniers mois.

Une souris qui passe enfin au sans-fil

Si SteelSeries s’est décidé à offrir la liberté du sans-fil à l’une de ses meilleures souris, la marque a par contre choisi l’implémentation la plus simple possible. Une batterie, un dongle et un câble USB pour la recharge, le constructeur danois n’est pas allé chercher trop loin.

Exit donc la recharge par induction qui de toute façon n’aurait pas vraiment eu de sens puisque SteelSeries ne propose pas de tapis doté de cette fonctionnalité. On ne trouvera pas non plus de socle de recharge comme pour la Sensei Wireless en son temps.

Souris gamer sans-fil

Dans la pratique, la connectivité se révèle plutôt efficace pour peu que le récepteur ne soit pas trop loin de la souris. On vous conseille donc de ne pas le brancher directement sur votre tour, car nous avons dans cette situation expérimenté quelques petites coupures/saccades.

De notre côté, une fois le dongle connecté sur le hub de notre Apex M800, plus de problèmes de connexion et aucune latence ne se fait sentir. Une autre solution pourra être d’amener le câble derrière le bureau et d’y brancher le dongle. Le câble devant dans tous les cas être à portée pour recharger la souris au besoin.

SteelSeries Rival 650 test complet

En ce qui concerne justement la batterie, celle-ci semble tenir la route. Nous avons reçu la souris chargée à 60% et avons pu tenir deux jours sur cette unique charge. À noter que la souris est évidemment utilisable avec le câble USB qui la recharge. SteelSeries annonce également que la Rival 650 permet de profiter de 24h d’autonomie en seulement 15 minutes de charge.

Qu’on soit clair, il ne s’agit pas d’une utilisation ininterrompue de 24h, mais plutôt une utilisation optimisée en activant une mise en veille rapide et la désactivation de l’éclairage RGB. Nous avons laissé la batterie se décharger complètement afin de tester cette valeur. Après 15 minutes de charge, la souris a récupéré environ 30% de batterie, de quoi tenir effectivement une bonne journée d’utilisation. La promesse est donc tenue pour la marque.

Performances

Au-delà des performances de la connectivité sans fil, le capteur principal TrueMove 3 fait toujours autant des merveilles. C’est l’un des capteurs les plus performants du marché et cela se ressent dès les premières minutes d’utilisation. Les mouvements sont parfaitement retranscrits et avec une précision exemplaire.

Gestion du lift-off souris gamer

L’apport du deuxième capteur permettant de gérer la distance de décrochage du tracking fera le bonheur des joueurs les plus exigeants et préférant une sensibilité très basse. Dans la pratique, on apprécie le fait que lorsque l’on recentre notre souris sur le tapis, le curseur ne bouge quasiment pas. Un aspect extrêmement appréciable dans des titres nerveux comme Counter-Strike.

Si les aficionados des FPS sont clairement le public visé par les Rival 600 et 650, ces deux souris s’en sortent très bien dans toutes les autres situations. La fluidité et la précision des mouvements seront par exemple appréciables sur Photoshop ou d’autres logiciels de création.

Prise en main Rival 650

On regrettera simplement le nombre limité de boutons sur la tranche gauche qui pourra par contre poser problème aux joueurs de WoW ou tout autre type de jeu qui nécessite d’avoir beaucoup de macros ou raccourcis à portée de doigt. Si c’est votre cas, ce dossier devrait vous intéresser.

Conclusion

Est-ce que SteelSeries a réussi à bonifier une souris qui était déjà parmi les meilleures du marché ? La réponse est tout simplement oui ! En reprenant point par point ce qui faisait la force de la Rival 600, la marque danoise tient le pari de proposer une souris tout aussi efficace et maintenant sans-fil.

On regrette par contre que la marque n’ait pas été jusqu’au bout de la démarche en proposant une recharge sans-fil associée à un tapis à induction comme peut le proposer Razer sur la Mamba Hyperflux. Néanmoins, le tarif en aurait pris un coup puisque la Rival 650 est proposée au tarif déjà élevé d’environ 130€.

Cette nouvelle souris aura fort à faire face à la concurrence déjà bien présente sur le secteur avec notamment la Corsair Dark Core RGB ou encore la Mamba Wireless de Razer, toutes deux proposées à des tarifs légèrement inférieurs.

Blogueur depuis de nombreuses années, j'aime partager ma passion pour les nouvelles technologies au travers de mes articles. J'en ai d'ailleurs fait mon métier au service d'un grand groupe postal.

Ajoutez une Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

REJOIGNEZ GAMERTECH SUR YOUTUBE !