Roccat Kiro

Note GamerTech
Les points clés
  • Souris gamer ambidextre
  • Capteur optique 4000 DPI
  • 8 boutons programmables
  • Façades ajustables
  • Fonction Roccat EasyShift[+]
Où l'acheter ?

Commander la Roccat Kiro

Test Roccat Kiro

Faisant suite à la récente Roccat Nyth, la première souris modulaire de la marque, c’est aujourd’hui au tour de la toute nouvelle Roccat Kiro de passer entre les mains de GamerTech. Positionnée comme un modèle d’entrée de gamme, la Kiro se présente sous la forme d’une souris ambidextre, compacte, modulable et surtout abordable.

Avant tout destinée aux amateurs de FPS et MOBA, elle se distingue grâce à sa taille réduite qui devrait en théorie permettre des déplacements rapides et précis. Du côté des performances, la souris intègre un capteur optique 2000 DPI (pouvant être augmentée à 4000 DPI via un système d’overdrive), qui devrait suffire pour la majorité des joueurs mais qui pourra montrer quelques limites selon la résolution utilisée.

Roccat Kiro

Disponible depuis Novembre 2015, la Kiro est proposée à un tarif agressif de 49€, qui devrait faire plaisirs aux joueurs disposant d’un budget limité. Reste maintenant à voir si ce modèle, aussi bien destiné aux droitiers qu’au gauchers est une bonne affaire ou non. Réponse dans la suite avec notre essai complet et imagé.

Unboxing

La Roccat Kiro est proposée dans une boite cartonnée, reprenant la forme habituelle des emballages de la marque. Sur la face avant, on découvre comme souvent une large photo de la souris, avec quelques-unes de ses principales fonctionnalités sur le côté et le bas de la boite. On remarque notamment que l’accent est mis sur le design modulaire de la souris, mais aussi que cette dernière est avant tout pensée pour les FPS et MOBA, là où la Roccat Nyth s’orientait clairement vers les MMO.

Boite recto et verso

Toutes les fonctionnalités sont reprises un peu plus en détails sur les côtés et la partie arrière du packaging, avec notamment des traductions françaises de l’ensemble. On notera que la souris dispose d’un rétroéclairage RGB, même si ce dernier a tendance à devenir standard sur le secteur.

On notera également qu’à la différence des modèles Tyon et Nyth, la face avant ne peut pas s’ouvrir directement et il n’est donc pas possible de juger de l’ergonomie de la souris avant l’achat. On en vient ensuite au déballage, qui se montre particulièrement laborieux (on vous laisse juger en bas de l’article dans notre vidéo).

Unboxing de la Roccat Kiro

A l’intérieur, la Kiro est accompagnée de deux façades supplémentaires (ne disposant pas de boutons, à la différence des façades installées par défaut), un manuel d’utilisation et un livret de garantie. Aucun système de gestion de poids n’est proposé.

Design & Ergonomie

La Kiro est une souris à première vue plutôt simple et classique. Elle présente un design qui se veut minimaliste, assez loin de celui de la Nyth ou la Tyon pour rester chez Roccat, ou la Logitech G502 chez la concurrence par exemple. L’idée est donc ici de se focaliser sur les fonctionnalités et les performances, sans proposer tout un tas de gadgets pas forcément utiles pour une grande partie des joueurs.

Comme expliqué un peu plus haut, le modèle est avant tout pensé pour les amateurs de FPS et MOBA, notamment de par sa taille et son poids. En effet, avec des dimensions de 120 x 67 x 30 mm, elle se place dans la catégorie des souris compactes et légère (103 g), pouvant être facilement manipulée dans tous les sens.

Souris ambidextre pas chère

Pour autant, le design de la Kiro est loin d’être dénué d’intérêts. Tout d’abord car ses lignes lui confèrent une ergonomie ambidextre, aussi bien adaptée aux joueurs droitiers que gauchers. Et il faut avouer que c’est un avantage certain par rapport à la concurrence, puisqu’outre Razer, de nombreux constructeurs se limitent souvent aux modèles pour droitiers. De plus, il est possible d’ajuster les façades latérales afin d’encore mieux s’adapter à chaque jour, mais nous y reviendrons un peu plus bas.

Essai de la souris Roccat Kiro

Sur sa face supérieure, la Roccat Kiro dispose du même revêtement soft-touch que celui de la Roccat Nyth. Il offre un toucher très doux et vraiment agréable à l’utilisation, et permet de limiter en théorie la transpiration. Il semble également plutôt bien résister aux rayures et n’attire pas trop la poussière, ce qui est souvent le cas avec le soft-touch. Les deux boutons principaux sont montés sur un seul et unique bloc, se prolongeant jusqu’à la base de la souris. Ils disposent d’interrupteurs OMRON, un gage de qualité et de durabilité.

Entre ces deux boutons, on retrouve une molette 2D plutôt large par rapport à la taille de la souris. Elle dispose d’un revêtement un caoutchouc texturé, avec des crans plutôt légers et un défilement pas forcément des plus silencieux. Elle est bien évidemment cliquable, mais pour être honnête, ce n’est pas vraiment la molette la plus agréable que nous ayons eu entre les mains.

Zoom sur la molette 2D

Derrière la roulette, un unique bouton permet par défaut de passer d’un DPI à l’autre à la volée. Evidemment, à la différence des modèles disposant de deux boutons pour les DPI, il faudra ici réaliser un cycle complet pour revenir à la valeur initiale, ce qui n’est pas toujours pratique quand on sait qu’on peut enregistrer jusqu’à 5 niveaux de sensibilités différents.

Sur le repose-paume, on retrouve le logo de Roccat, accompagné par le nom du modèle. La zone dispose d’un rétroéclairage, que l’on pourra configurer ensuite via le logiciel Roccat Swarm.

On en vient maintenant aux façades de cette Kiro, puisqu’il s’agit d’une des spécificités de la souris. A la manière de ce que l’on avait découvert sur la Roccat Nyth, la petite Kiro dispose également de façades interchangeables. Par défaut, les deux façades sont parfaitement identiques et disposent de deux boutons supplémentaires. Evidemment, on utilisera en pratique surtout les deux boutons venant se positionner naturellement sous le pouce, et non pas les quatre boutons.

Roccat Kiro avec les façades disposant de boutons supplémentaires

La différence avec les autres souris ambidextres (comme la SteelSeries Sensei Wireless que nous testions récemment), c’est que l’on pourra venir remplacer la façade droite (pour les droitiers) par une plus simple, ne disposant d’aucun bouton. Cela permet d’éviter des clics maladroits et améliore le confort à l’utilisation (meilleure ergonomie). On pourra également changer les deux façades si l’on n’a pas l’utilité des boutons supplémentaires.

Utilisation des façades sans boutons

Les façades en elles-mêmes disposent sont construits en plastique, avec une finition mate et légèrement rugueuse, assurant un grip correct mais moins efficace qu’avec des patins en caoutchouc comme sur la Razer Mamba Tournament Edition. Pour passer d’une façade à l’autre, il suffit simplement de tirer légèrement dessus, les plaques se fixant via plusieurs zones aimantées.

Souris gamer avec faces modulables

Sur sa base, la Roccat Kiro dispose de deux patins en téflon, positionnés sur la partie avant et arrière. Ils sont plutôt larges et offrent une glisse de qualité, notamment si vous disposez d’un bon tapis de souris gaming. Au centre, on retrouve le capteur optique sur lequel on reviendra dans les performances de la souris, ainsi que deux découpes latérales permettant de retirer plus facilement les façades.

Patins téflons pour la glisse et capteur pro-optique

Dernier point concernant le design en lui-même, le câble de la souris. Il se montre plutôt fin et mesure environ 1.8 m, notez cependant qu’il ne s’agit pas d’un câble tressé et que la durabilité pourra être parfois un peu inférieur si vous avez l’habitude de maltraiter vos mulots (notamment en coinçant le câble entre votre bureau et votre mur).

Roccat Kiro vue de devant

Du côté de l’ergonomie, la Kiro présente une forme plutôt polyvalente, lui permettant de s’adapter à la plupart des prises en mains. Que vous soyez plutôt adeptes du Claw Grip ou du Palm Grip, vous devriez pouvoir rapidement maitriser le mulot. Gardez cependant à l’esprit qu’il s’agit d’un modèle plutôt compact, et donc pas forcément adapté aux grandes mains (à la différence de la Roccat Tyon).

Prise en mains claw grip et palm grip

Le fait de pouvoir modifier sa forme via les façades supplémentaires reste cependant un avantage certain, permettant d’adapter facilement la souris à chaque utilisateur (comme ici pour les gauchers).

Souris gaming pour les gauchers

Dans l’ensemble, la Kiro offre un design plutôt correct, à l’image de son tarif. Evidemment, tout n’est pas parfait, mais pour le prix les prestations se montrent plutôt bien travaillées, notamment sur le côté « modulaire » de la souris. La cible FPS/MOBA a ici clairement du sens, le nombre de boutons étant plutôt limité.

Fonctionnalités & Roccat Swarm

Puisqu’il s’agit d’un des derniers modèles de la marque, la Roccat Kiro est compatible avec le récent logiciel Roccat Swarm. A la différence des anciennes souris de la marque qui disposaient chacune de leur propre logiciel, le Roccat Swarm unifie les différents périphériques de la marque, et c’est plutôt une bonne chose.

L’outil est téléchargeable depuis le site de Roccat, et on ne saurait que vous conseiller de l’installer puisqu’il sera impossible de réellement profiter de votre souris sans lui. Pour la petite anecdote, notez qu’il est possible que vous ayez à désactiver votre anti-virus pour faire fonctionner l’installation. Cela vous permettra peut-être d’éviter à batailler une bonne demi-heure comme nous.

Sur l’écran principal, on retrouve les différentes options de paramétrages de la souris. Ici, on pourra régler les options de sensibilités, ajuster les différents niveaux de DPI (de 250 à 4000), choisir la vitesse de défilement de la molette ou encore l’accélération.

Présentation du logiciel Roccat Swarm

Un second onglet permet lui de gérer les différents boutons de la Kiro. Il suffit simplement d’indiquer sa configuration (aucune, un ou deux façades latérales) puis de cliquer sur le bouton de son choix pour choisir l’action affectée. On pourra choisir parmi une liste de raccourcis déjà prédéfinis par Roccat, ou bien créer sa propre combinaison de touches. Notez qu’il n’est pour l’instant pas possible de créer de macro pour la Roccat Kiro depuis le logiciel Swarm, ce qui semble assez surprenant.

Configuration des boutons

Sur le troisième onglet, on pourra ajuster le polling rate (jusqu’à 1000Hz), la distance de lift-off, l’orientation de la souris ou encore son rétroéclairage. Comme expliqué plus haut, seul le logo présent sur le repose-paume est illuminé. On aura le choix entre un éclairage fixe, clignotant, respirant ou bien un flux de couleur s’alternant de façon automatique. Là encore, les possibilités sont assez basiques comparées à certaines concurrentes, notamment chez Razer.

Gestion du rétroéclairage et des options du capteur

En bas de la fenêtre, on retrouve tout ce qui concerne la gestion des profils. Pas grand-chose à signaler ici, puisqu’il n’est pas possible à l’heure actuelle de créer différentes configurations en fonction des jeux ou applications que l’on lance. On espère vraiment que tout ça sera ajuster dans une future mise-à-jour, puisque le logiciel Roccat Swarm reste encore relativement récent.

En haut de l’application, deux boutons supplémentaires permettant d’accéder aux options AlienFX (pour synchroniser l’éclairage de votre laptop Alienware avec la Kiro) et Swarm Connect (l’application mobile de Roccat, seulement sur Android actuellement). On ne s’attarde pas ici, n’ayant pu tester ni l’une ni l’autre des fonctionnalités.

Performances

La Roccat Kiro embarque un capteur optique « Pro-Optic R2 » proposant par défaut une sensibilité maximale de 2000 DPI. Il est cependant accompagné par un microcontrôleur ARM Turbo Core V2 32 Bits permettant de doubler sa puissance afin d’atteindre 4000 DPI.

En pratique, ces niveaux de sensibilités devraient suffire à la majorité des joueurs, mais pas forcément à tous. En effet, si vous avez l’habitude de jouer en 4K, ou en dual-screen, il est possible que vous ayez besoin de quelque chose d’un peu plus puissant. Pour autant, à 49€, la Kiro ne semble pas vraiment ces joueurs et son capteur semble donc ici plutôt cohérent.

Nouvelle souris gaming de Roccat

Après quelques jours à l’essai sur différents jeux, notamment CS :GO, les performances affichées par la souris se montrent tout à fait correctes. Certes, on est loin de certains modèles se vantant de sensibilités tournant autour des 16 000 DPI, mais une bonne partie des joueurs ne dépassent que rarement les 3000 DPI.

La Kiro est réactive, et le capteur ne décroche pas lors d’une utilisation normale (accélération maximale de 20 G). Les boutons disposant de switches OMRON répondent également bien aux commandes, avec une activation sensible et bien réactive.

Souris gamer pour entrée de gamme

Dans l’ensemble, la Roccat Kiro devrait suffire à la plupart des joueurs, cherchant un capteur précis sans pour autant rentrer dans la course aux DPI. Cependant, si vous avez l’habitude de jouer avec une sensibilité proche ou supérieure de 4000, orientez-vous vers d’autres modèles de la gamme.

Conclusion

Dans l’ensemble, cette nouvelle Roccat Kiro est une bonne souris d’entrée de gamme. A la différence des premiers prix, elle offre d’excellentes finitions et une ergonomie modulaire clairement avantageuse aussi bien pour les droitiers que les gauchers. Les fonctionnalités sont cependant limitées, que ce soit au niveau du rétroéclairage (une seule zone) ou de la gestion des commandes et profiles.

En termes de performances, la Kiro se montre tout à fait correcte, surtout vu son prix ne dépassant pas les 50€. Dans l’idée, si vous cherchez une souris polyvalente et pas chère, sans pour autant avoir besoin de fonctionnalités avancée, elle devrait parfaitement répondre à vos attentes.

Consulter plus d'avis

Test Roccat Kiro Faisant suite à la récente Roccat Nyth, la première souris modulaire de la marque, c’est aujourd’hui au tour de la toute nouvelle Roccat Kiro de passer entre…
Résultats
Design / Look
Ergonomie
Fonctionnalités
Performances

Bon

Une souris ambidextre efficace, simple et pas chère.

69

Editeur de la plateforme GamerTech. Je test, je rédige, je prends des photos, je publie, je dors et je recommence. Tout ça pour vous !

Ajoutez une Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

REJOIGNEZ GAMERTECH SUR YOUTUBE !